16265222_238733693203811_1269463985249414083_n

 

Ah les siestes !!! 2 fois par jour nous y avions droit sauf dérogation pour perfusion .. 2 heures à "dormir" sur les terrasses à admirer le Mont Blanc ou à en profiter pour faire la fête.

Tant que Mémère n'était pas de surveillance, à notre époque c'était le moment de faire les folles entre copines ou de régler des comptes ou d'écrire à nos familles.

Mais quend Mémère était de garde, nous étions couchées sur nos lits de camps militaire avec nos couvertures et personne n'osait la ramener ! Et là nous en profitions pour penser ou dormir, rêver ou nous évader de cet endroit

Les siestes du silence étaient respectées uniquement quand Mémère savait que l'une d'entre nous devait vraiment dormir et se reposer surtout les nouvelles. Parfois Mémère venait passer 5 minutes à parler avec nous et elle repartait en nous imposant un silence total.

Pourquoi elle y arrivait et pas les autres ? parce que nous la respections autant que nous avions peur de ses colères possibles alors qu'elle n'a jamais été en colère contre aucun de nous. Elle savait se faire respecter sans avoir besoin d'être gendarme.

En y réfléchissant bien nous avons passé plus de temps sur ces balcons qu'ailleurs, et quelque soit le temps. Regarder le Mont Blanc chaque jour est l'une des images que je garde de la Ravoire. Mémère nous aidait à reconnaitre es tempêtes de neige sur son sommet, les tempêtes de sable du Sahara quand la montagne devenait rose 

Quelque fois, le Mont Blanc jouait les timides et se cachait derrière des nuages inquiétants et épais. Mais malgré le brouillard, nous savions qu'il était là et cela nous rassurait .. 

 

05052011025