01 septembre 2016

Sentiments

Si je ne suis pas arrivée à écrire tout ce que j’ai ressenti lors de notre périple à la Ravoire c’est, je crois, parce que je voulais conserver encore et encore tous les sentiments opposés et différents que j’ai pu ressentir ..

J’ai voulu conserver pour moi les mots

Tout a débuté dans « la joie et la bonne humeur » des retrouvailles et des découvertes des autres. Revoir Brigitte après 43 ans, 1 mois et demi après notre séparation a été merveilleux – magnifique – stupéfiant et aussi magique. Elle a partagé avec moi cette histoire et tout ce temps après nous étions à nouveau ensemble pour partager tout cela.

 

43 ans 1 mois et 20 jours plus tard exactement !

 

J’ai revu Didier et Josiane. Ils m’ont toujours soutenu dans mes actions et si j’ai continué à écrire c’est grâce à leur soutien et leur gentillesse. Josiane est une belle personne, gentille et à l’écoute des autres. Didier est mon moteur, lui aussi très gentil et surtout disponible. C’est peut être celui qui a été le plus marqué par son passage à la Ravoire, et il reste notre banque de données, car il rassemble tout ce qu’il peut trouver sur notre histoire commune.

Il a rassemblé toute une collection de cartes postales, d’articles de journaux, et toutes nos photos personnelles que nous mettons sur le net.

Ce sont vraiment des gens formidables et je suis fière d’être leur amie.

Et puis les autres que j’ai connu grâce au miracle d’internet, grâce à notre page Facebook qui nous rassemble.

Marie Claude qui nous a décidé à organiser cette expédition à la va-vite, c’est à elle que revient tout le mérite de cette aventure. Eliane, dynamique et souriante, Pascalou notre motard tellement sympathique, Mirielle et tous nos conjoints qui ont stoïquement partagés nos souvenirs « d’anciens combattants » ..

Je ne pouvais pas oublier Perrine et sa caméra qui a fixé sur film ce voyage inoubliable, et Mauricette qui a pris le temps de m’expliquer le traumatisme des gens de Passy après la catastrophe du Roc des Fiz. Il faisait très chaud et malgré tout nous sommes allés nous recueillir sur cette (petite) stèle qui rappelle aux passants que des enfants et des adultes sont morts dans la nuit du 16 avril 1970. Ces morts restent nos compagnons et nos amis à travers le temps et nos histoires. Nous ne les oublierons jamais.

Revoir Madame Scopel et Madame Fivel. Elle restent nos infirmières, nos anges gardiens qui ont pris soin de nous à travers les générations d'enfants et d'adolescents malades. 

Comment raconter ces deux jours de folie où nous avons vécu toute la palette de sentiments en même temps ? La joie de nous retrouver – l’euphorie de nos histoires communes – la découverte des autres et enfin la peine et la colère de voir notre Ravoire si fragile

Cet endroit a été notre rocher où nous avons accrochés une partie de notre adolescence pour nous sauver d’une horrible maladie. Il nous a donné la force de guérir. Il était tellement rassurant et plein de vie. Et maintenant ce n’est plus qu’une bâtisse vouée à la désolation et la destruction ..

Comment pouvais je écrire tout cela tout de suite après les avoir vécu ? 

 

20160814_102050

Posté par La Ravoire à 11:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,